Hommage à un grand poète et homme d'Etat ghanéen Kofi Awoonor tué dans l'attaque, samedi 21 septembre, du centre commercial de Nairobi au Kenya par un commando islamiste.

"...Quelque chose m’est arrivé
Des choses si grandes que je ne peux même pas pleurer ;
Je n’ai pas de fils pour tirer des salves à ma mort
Ni de fille pour se lamenter lorsque je fermerai mes lèvres
J’ai erré dans le désert
Le grand désert qu’on appelle la vie
La pluie m’a frappé
Et les épines des souches m’ont coupé, aussi tranchantes que des couteaux
Je vais aller là-bas et me reposer.
La mort a fait la guerre sur notre maison ;"
(Chant de douleur)

Articles les plus consultés