Lucidité


(suite de l'entretien avec Patrick de Friberg)

Vos personnages de politiciens français sont souvent à la limite de la caricature. Que vous inspire la vie politique française aujourd’hui ?


- Une caricature justement. On ne sait plus qui est de droite ou de gauche et s’il y a encore une droite et une gauche à proprement parler. Il n’y a pas vraiment de parti écologiste non plus. Les politiciens français ont fait de la politique un monde de blocages et de passe-droits.


Je ne crois plus en nos gouvernants depuis la triste histoire de l’attaque du Rainbow Warrior de l’association Greenpeace. Non à cause des raisons peu morales de l’intervention et de la manière dont elle a été menée, mais parce que la Nation a jeté en pâture des officiers et des sous-officiers qui croyaient en Elle.


Depuis que je vis en Amérique du Nord, je suis jaloux de leur ferveur démocratique. Je croyais depuis Paris que les Américains ne participaient pas à la vie politique parce que je ne voyais que ces 30% d’électeurs du jour J. Je ne connaissais pas alors la force et les rêves qui règnent durant les Primaires.



Vous semblez avoir une vision essentiellement pessimiste de la politique…à moins qu’elle ne soit seulement réaliste ?

- Je ne suis pas vraiment pessimiste. Je suis comme Carignac… Je crois en la Démocratie, en la République et en la capacité des peuples à s’en servir. Mais je sais aussi qu’il faut accepter et reconnaître les travers de la Démocratie. Elle permet au peuple d’être libre de suivre aussi bien des hommes qui incarnent la Liberté, que d’autres qui la lui confisqueront. On a déjà vu cela par le passé malheureusement.


A.N.

Articles les plus consultés